Hermanas de Nuestra Señora de la Consolación
Noticias
Noticias

Noticias

CENTENAIRE MARIA TERESA GONZALEZ JUSTO 11/02/2021
CENTENAIRE MARIA TERESA GONZALEZ JUSTO
CENTENAIRE MARIA TERESA GONZALEZ JUSTO
Ce 11 février verra s’accomplir les cent ans de la naissance de la vénérable Maria Teresa Gonzalez Justo. qui est-elle, qui fut María Teresa González Justo ? Elle fut une religieuse des Sœurs de Notre Dame de la Consolation qui naquit en Espagne en terres « Manchegas », concrètement à Quintanar de la Orden, province de Tolède le 11 février 1921, fête de Notre Dame de Lourdes. Ses parents, Martiniano González Chacón et Isabel Justo Torres la firent baptiser à l’Eglise paroissiale de Quintanar avec le nom Francisca. Sa famille et ses connaissances l’appelleront toujours Paquita. Paquita fut l’ainée de trois sœurs. Elle grandit joyeusement dans une bonne ambiance catholique, faite d’amour serein. Elle apprit de ses parents à se préoccuper pour les autres et à être sensible et charitable envers les plus nécessiteux de son entourage, à qui elle rendait visite et aidait toujours avec ce qui était à sa portée. Elle fut élève du Collège de la Consolation de Quintanar ; elle grandit comme toutes les fillettes de son époque, joyeuse, bonne, pieuse, toujours souriante et en attitude de sortie pour faire le bien. A l’âge de 15 ans, elle se retrouva orpheline de père. Celui-ci mourut martyr de la foi, victime de la guerre civile espagnole de 1936. Durant 7 mois, Paquita rendit visite à l’assassin de son père en prison, lui apportant le repas et le pardon de Dieu comme un geste de charité et d’amour miséricordieux. Quand elle eut 20 ans, Paquita qui avait toujours cherché à faire la volonté de Dieu, découvre l’appel divin, la vocation à un don total au Seigneur et à ses frères. Elle quitta la maison paternelle pour être Sœur de la Consolation. Elle fit son entrée au Noviciat de Jésus-Tortosa le 15 mars 1941. En Septembre de la même année, elle prit l’habit religieux et change de nom. À partir de ce moment, Paquita s’appellera Sœur Maria Teresa. Elle fit sa première profession en 1943 et fut envoyée dans le région de Valence pour exercer son apostolat quelques mois au collège de la Consolation à Burriana. Elle fut ensuite envoyée dans le milieu sanitaire où elle se sentait appelée à servir les malades de la tuberculose dans le sanatorium de Vila Real où elle restera jusqu’en 1953, date à laquelle tout le personnel soignant, les sœurs ainsi que tous les malades furent transférés à Castellón dans le sanatorium antituberculeux  «  La Magdalena ». Sur ce terrain apostolique, Maria Teresa déploiera tout son amour pour Dieu qui se fortifiera dans la prière et le don sans réserve aux malades, dans un amour qui se fait service total pour tous, leur offrant une attention humaine, spirituelle et matérielle, toujours aux côtés des plus nécessiteux, avec une charité sans frontières, en élevant la dignité de chacun d’eux, en les traitant avec un amour sans limite, en voyant en eux le même Dieu et s’exclamant : « Mon Dieu, combien j’aime mes frères!, c’est qu’en eux tu es présent ». Le 12 Octobre 1967, solennité de la Vierge de Notre Dame de Pilar, Maria Teresa meurt à l’hôpital de la Magdalena de Castellón à la suite d’un cancer. Elle avait 46 ans. Elle vécut et consacra sa vie au soin des malades de la tuberculose durant 24 ans. Elle passa comme un ange de paix, toujours avec un sourire aux lèvres, un oubli de soi, ne cherchant pas autre chose que «  la gloire de Dieu et le bien de ses frères » comme sa Mère Fondatrice Sainte Maria Rosa Molas. En Septembre 1981 fut introduite la Cause de Béatification et Canonisation de Sœur Maria Teresa Gonzalez Justo dans le Diocèse de Segorbe-Castellón. Le 13 Juin 1992, le Pape Saint Jean-Paul II, ratifiait le Décret de reconnaissance des Vertus Héroïques de la Servante de Dieu comme Vénérable. Ses restes mortels reposent dans la chapelle du Collège de Notre Dame de la Consolation de Castellón où elle peut être visitée. La Cause est toujours ouverte dans l’attente du miracle nécessaire à sa béatification.   Ce jour, 11 février 2021 marque le 100e anniversaire de la naissance de la Vénérable Maria Teresa Gonzalez Justo, religieuse des Sœurs de Notre-Dame de la Consolation
CENTENARIO MARIA TERESA GONZALEZ JUSTO 11/02/2021
CENTENARIO MARIA TERESA GONZALEZ JUSTO
CENTENARIO MARIA TERESA GONZALEZ JUSTO
No dia 11 de fevereiro de 2021, completam-se 100 anos do nascimento da Venerável María Teresa González Justo. Porém… quem é, quem foi María Teresa González Justo? Uma religiosa das Irmãs de Nossa Senhora da Consolação, que nasceu na Espanha, em terras manchegas, concretamente em Quintanar de la Orden, província de Toledo, no dia 11 de fevereiro de 1921, festividade de N. Sra. de Lourdes. Seus pais, Martiniano González Chacón e Isabel Justo Torres a batizaram na Igreja Paroquial de Quintanar, com o nome de Francisca, que será chamada de Paquita entre a família e conhecidos. Paquita foi a mais velha das três irmãs, cresceu feliz em um ambiente de amor sereno, católico e bom; aprendeu de seus pais a se preocupar pelos demais e a ter sensibilidade e caridade com os mais necessitados de seu ambiente, aos que visitava e sempre os ajudava com o que estava ao seu alcance. Foi aluna do Colégio da Consolação de Quintanar, cresceu como uma menina normal de seu tempo, alegre, boa, piedosa, sempre sorridente e em saída para fazer o bem. Aos 15 anos de idade ficou órfã de pai, que morreu mártir pela fé, vítima da Guerra Civil Espanhola em 1936. Durante sete meses, Paquita, cada dia, visitou no cárcere o assassino de seu pai, levando-lhe comida e o perdão de Deus, como um gesto de caridade e de amor misericordioso. Com 20 anos de idade, Paquita, que sempre procurou fazer em sua vida a vontade de Deus, descobre o chamado, a vocação de entrega total ao Senhor e aos irmãos e se despede de sua casa para ser Irmã da Consolação. No dia 15 de março de 1941, ingressou no Noviciado de Jesús-Tortosa. Em setembro do mesmo ano, veste o hábito religioso e muda de nome e, a partir deste momento, Paquita se chamará Sor María Teresa. Em 1943, faz a sua primeira profissão e é enviada para trabalhar, apostolicamente, em terras valencianas uns meses no Colégio da Consolação em Burriana e, em seguida, foi destinada ao campo sanitário onde se sentia chamada, a servir aos enfermos tuberculosos no Sanatório de Vila Real, onde permaneceu até 1953, momento em que o Sanatório com todos os enfermos, trabalhadores e Irmãs é transferido a Castellón de la Plana, ao Sanatório antituberculoso, “La Magdalena”.         Neste campo apostólico, María Teresadedicarátodo seu amor a Deus, que fortalece na oração e o entregará, incansavelmente, aos enfermos, em um amor que se faz serviço total para todos, dando-lhes atenções humanas, espirituais e materiais; sempre ao lado do mais necessitado, com caridade que não conhece fronteiras, promovendo a dignidade de cada um, tratando-lhes com um amor sem limites, vendo neles o mesmo Deus assim exclamava: “Meu Deus, quanto amo meus irmãos, é que neles Tu estás!” No dia 12 de outubro de 1967, festividade da Virgen del Pilar, morre María Teresa, com 46 anos de idade, no Sanatório de la Magdalena de Castellón de la Plana, conseqüência de um câncer. Viveu e entregou sua vida ao cuidado dos enfermos tuberculosos durante 24 anos. Passou como um anjo de paz, sempre com um sorriso nos lábios, esquecida de si e não buscando outra coisa que ”a glória de Deus e o bem dos irmãos”, como sua Madre Fundadora, Santa María Rosa Molas. Em setembro de 1981, foi introduzida a Causa de Beatificação e Canonização de Sor María Teresa González Justo, na Diocese de Segorbe-Castellón. O dia 13 de junho de 1992, o Papa São João Paulo II, ratificava o Decreto de reconhecimento das Virtudes Heróicas da Serva de Deus como Venerável. Seus restos mortais descansam na Capela do Colegio de Ntra. Sra. de la Consolación de Castellón, onde podem ser visitados. A Causa segue aberta à espera do milagre necessário para sua beatificação. Hoje, 11 de fevereiro de 2021, completam-se 100 anos do nascimento da Venerável María Teresa González Justo, religiosa das Irmãs de N. Sra. da Consolação.
Célébration de la Vie religieuse à Dédougou 09/02/2021
Célébration de la Vie religieuse à Dédougou
Célébration de la Vie religieuse à Dédougou
Fête de la Vie consacrée à Dédougou. Le dimanche 7 février toutes les Congrégations du diocèse de Dédougou, nous nous sommes retrouvées à la Paroisse Sainte Trinité de Dédougou pour fêter en différé, la vie consacrée. La célébration eucharistique a réuni un nombre important de religieux de différentes congrégations. Une procession d’entre avec de bougie a ouvert la célébration.
Nous rendons grâce à Dieu pour ces dix ans de grâces, dix ans de Consolation. CMS-Atakpamé-Togo 04/01/2021
Nous rendons grâce à Dieu pour ces dix ans de grâces, dix ans de Consolation. CMS-Atakpamé-Togo
Nous rendons grâce à Dieu pour ces dix ans de grâces, dix ans de Consolation. CMS-Atakpamé-Togo
03 Janvier 2011- 03 janvier 2021. Le Centre Médical Social d’Atakpame célèbre ses 10 ans au service des malades. A cet effet nous avons célébré la messe d’action de grâce le samedi 02 janvier présidée par Monseigneur Barrigah administrateur apostolique de notre diocèse et archevêque de Lomé. Au cour de l’eucharistie il y a eu la remise de tableau de reconnaissance à tous les membres du personnel qui ont aussi 10 ans de service dans notre institution. Le 03 janvier nous avons célébré une grande messe d’action de grâce dans notre Paroisse Saint Jean Paul II Ce lundi 04 janvier nous avons initié la reprise du service avec la coupure du gâteau d’anniversaire et nous avons soufflé les dix bougies. Nous rendons grâce à Dieu pour ces dix ans de grâces, dix ans de Consolation.
Visite de la Mère Vice Provincial aux communautés d’Afrique de l’ouest 04/01/2021
Visite de la Mère Vice Provincial aux communautés d’Afrique de l’ouest
Visite de la Mère Vice Provincial aux communautés d’Afrique de l’ouest
Atakapamé-Togo Un bref parcours sur la Visite de la mère vice provinciale Zama Viviane Koussoubé à la communauté d’ATAKPAME du 23 novembre au 13 décembre 2020 De quoi parle-t-elles ? Les 12, la Mère et une de plus qui peut être chacune de nous. Elles parlaient et parlent encore aujourd’hui de comment aimer le seigneur, de comment il faut faire pour que la souffrance des autres ne soit pas comme de l’eau qui coule sur des couches imperméables de notre monde ; ou encore de l’humilité, de la consolation active, de l’oubli de nos droits, même les plus légitimes ; oui elles disaient que jamais nous ne devrons tenir compte si les autres méritent ou ne méritent pas notre action consolatrice. Elles parlaient et parlent sans perdre de vue le pédagogue qui nous pousse au risque, à nous adapter, à être flexible, celui qui nous mobilise vers le vouloir du Père pour la Congrégation. Tout cela, elles l’ont fait dans le silence qui parle du mystère de Dieu, qui mène à Dieu, et qui vient de Dieu, conduisant à un don de soi total à la mission libérées des idéologies et rendues capable de détecter de nouvelles possibilités. Le silence de l’intimité vécu en Dieu sans nous éloigner du monde. C’est ainsi que nous avons vécu la visite de notre mère vice provinciale, ressentie la présence réelle de notre mère fondatrice Maria Rosa Molas . Elle nous a attiré l’attention sur les pierres placées sans attention dans notre vie personnelle et communautaire et nous a encouragés à voir les roses de notre vie, à continuer de produire son bon parfum et de rendre la joie aux yeux qui la voient. Nous lui disons merci, baraka, akpe   Abidjan du Mardi 22 décembre au 03 janvier 2021 Nous avons eu la joie d’accueillir la Mère Vice provincial, Sœur Zama Viviane Koussoube dans notre Communauté. La visite a été pour nous un temps de célébration de la foi, d’invitation à cultiver les vertus nécessaires pour être instrument de Consolation
Fête de Noël au Centre Maternelle d’Ouagadougou 20/12/2020
Fête de Noël au Centre Maternelle d’Ouagadougou
Fête de Noël au Centre Maternelle d’Ouagadougou
Le 19 décembre le Centre d’éveil et éducation Maria Rosa Molas de Ouagadougou a célébré sa fête de Noël. Les enfants ont participé à l’eucharistie à la chapelle de la Maison Vice Provinciale. Après les enfants ont mimé la naissance de Jésus. Un repas fraternel a été partage Chaque élève a reçu de la part du père Noël un cadeau.